Pratiquer du Sexe à Genève avec des filles de 16 ans, légal ou illégal ?

Posted on: 12, May 2018

Les prostituées de la ville de Genève ont formé le premier syndicat de travailleurs du sexe du pays, citant la concurrence étrangère et le coût élevé des loyers en Suisse comme raisons de la nécessité de se syndiquer.

Les syndicats de travailleurs du sexe existent déjà dans de nombreux pays européens, dont l’Allemagne et les Pays-Bas. Bien qu’elle possède certaines des lois les plus libérales du monde en matière de prostitution, la Suisse n’a jamais été le foyer d’un syndicat officiel pour les travailleuses et travailleurs sexuels.

Le nouveau syndicat des escortes girl, qui s’est officiellement appelé le Syndicat des travailleurs du sexe (STTS) est basé dans le quartier des Pâquis à Genève. Il a pour objectif d’opérer aux côtés de l’organisation Aspasie, qui défend les prostituées de Genève depuis 1992

Âge légal pour les escorte girls et les travailleurs du sexe à Genève

La Fédération syndicale déclare qu’elle envisagerait d’admettre le nouveau syndicat des travailleurs du sexe de Genève dans son organisation à l’avenir si le syndicat le souhaitait, sous réserve de certaines conditions.

“Nous pourrions imaginer que le nouveau syndicat des prostituées pourrait éventuellement devenir membre”, a déclaré un porte-parole.

La communauté internationale reproche depuis longtemps à la Suisse d’autoriser la prostitution chez les jeunes dès l’âge de 16 ans.

Le gouvernement a proposé des modifications au Code criminel qui feraient de l’embauche ou de la vente des services d’une prostituée âgée de moins de 18 ans un crime. Ce changement permettrait à la Suisse de se conformer aux obligations qui lui incombent en vertu d’une convention du Conseil européen qu’elle a signée en 2010 et qui impose aux signataires de mettre en œuvre une telle interdiction.

En vertu de la modification proposée, qui n’est pas encore entrée en vigueur, les jeunes escortes girls et travailleurs sexuels ne seraient pas poursuivis pour leurs actes – seuls ceux qui recherchent ou vendent leurs sexes à Genève seraient tenus responsables.

Dans certains cantons, dont Genève, la prostitution des moins de 18 ans est illégale.

Lois sur la prostitution et du sexe à Genève

La prostitution est légale en Suisse, mais les prostituées doivent s’enregistrer auprès des autorités municipales (brigade des moeurs) et se soumettre régulièrement à des examens de santé.

Avoir des rapports sexuels avec une personne de moins de 16 ans est actuellement passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

L’âge légal pour la prostitution en France et en Italie est de 18 ans.

En Suisse, le proxénétisme est illégal et peu courant : la plupart des escortes à Genève opèrent indépendamment dans des salons de massage ou de petits studios via des téléphones portables. Elles bénéficient d’une certaine sécurité et n’ont pas à  exposer leurs marchandises.

La traite des personnes peut être passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 20 ans et le fait de contraindre une personne à se prostituer est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à dix ans.

Les permis pour les sexes centers ont été créés en 1975 et permettent aux femmes de pays qui n’ont pas d’accord de travail libre avec la Suisse de travailler comme danseuses dans des clubs de cabaret pendant huit mois au maximum.